Critique du film Blessing Bell

On s’attendait en voyant Terajima Susumu à un autre genre de film. Ce qui fût la première surprise. Car en effet, c’est au bout de 87 mns que l’on entend le son de sa voix.

Terajima Susumu est l’acteur que l’on retrouve souvent au côté de Takeshi Kitano dans les films de Yakuzas. Ce n’est pas tant le manque de dialogue qui anime ce film qui nous a déçus mais plutôt la manière de filmer qui ne nous a pas beaucoup encouragé à mettre la moyenne. En effet, l’acteur principal assiste tout au long du film à des scènes de vies ou chaque personnage vient se confier à Terajima Susumu qui ne demande rien. Tous les monologues ne nécessitent pas en effet de dialogue car l’ensemble des réponses sont contenues dans les quesions.

Ce sujet est à la base plutôt amusant et c’est sur ce thème que l’humour aurait du être poussé. Car cet « assistant du malheur » se retrouve systématiquement dans des scènes hallucinantes ou il aurait été facile de faire rire ou pleurer. C’est ce maque de sentiments tout au long du film ou nous assistons de manière passive, comme l’acteur principal, à tous ces moments de vies. Le film est sans réaction aucune. Le visage de Terajima Susumu est le même du début à la fin ou presque. C’est dommage, car le sujet est bon, le scénario bien amené mais perd toute sa saveur par un jeu d’acteur inefficace sans réaction, sans expression !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *