Hong Sang-Soo

Hong Sang Soo

  • Nationalité : Corée du Sud
    Date de naissance : 25 octobre 1960
    Films célèbres : Le jour où le cochon est tombé dans le puits, Turning Gate, Sunhi, Un jour avec, un jour sans.

  • 1996 : Le Jour où le cochon est tombé dans le puits (돼지가 우물에 빠진 날)
    1998 : Le Pouvoir de la province de Kangwon (강원도의 힘)
    2000 : La Vierge mise à nu par ses prétendants (오! 수정)
    2003 : Turning Gate (생활의 발견)
    2003 : La femme est l’avenir de l’homme (여자는 남자의 미래다)
    2005 : Conte de cinéma (극장전)
    2007 : Woman on the Beach (해변의 여인)
    2008 : Night and Day (밤과 낮)
    2009 : Les femmes de mes amis (잘 알지도 못하면서)
    2010 : Hahaha (하하하)
    2010 : Oki’s Movie (옥희의 영화)
    2011 : Matins calmes à Séoul (북촌방향)
    2012 : In another country (다른 나라에서)
    2013 : Haewon et les hommes (누구의 딸도 아닌 해원)
    2013 : Sunhi (우리 선희)
    2014 : Hill of Freedom (자유의 언덕)
    2015 : Un jour avec, un jour sans (바로 지금, 잘못된 다음)

Une jeunesse alcoolisée

Né le 25 octobre 1960 à Séoul, Hong Sang-Soo grandit avec sa mère divorcée. Il découvre durant son adolescence le goût pour la boisson (en particulier le soju) que l’on retrouve dans ses films mais aussi pour le cinéma via les films Hollywoodiens passant à la télévision.

Après une adolescence alcoolisée et désenchantée (selon ses propres aveux), il décide de se lancer dans la mise en scène à l’université de Chungang, puis part aux États-Unis en 1982 (Californie, puis Chicago) où il rencontrera sa femme.

Premiers pas dans le cinéma

Hong Sang-Soo avec ses lunettes sur le frontUne fois revenu en Corée du Sud en 1986, il se lance réellement dans la réalisation audiovisuelle, dans un premier temps à la télévision. Son premier film, Le jour où le cochon est tombé dans le puits, sort en 1996 et est présenté au festival international de Vancouveur la même année. Ce film lui permet d’obtenir des un premier succès critique et public. Deux ans plus tard, Le conte de la province de Kangwon reçoit la mention spéciale à la catégorie « Un certain regard » du festival de Cannes. Il enchaîne ensuite avec La vierge mise à nu par ses prétendants (réalisé en noir et blanc) qui lui permet d’asseoir sa notoriété.

Il dispose ainsi d’un budget plus conséquent afin de réaliser Turning Gate (2003) qui demeure à ce jour son plus grand succès commercial grâce à son goût doux-amer bien caractéristiques.

Un rythme de tournage frénétique

Hong Sang-Soo portant un parapluieA partir de 2008, Hong Sang-Soo se lance dans un rythme de tournage particulièrement impressionnant. De cette année jusqu’en 2015, il réalise en effet pas moins de dix films ! Parmi ces derniers, Sunhi (2013) pour lequel il obtient la récompense de meilleur réalisateur au festival du film de Locarno, ainsi que Un jour avec, un jour sans (2015) qui lui permet d’obtenir le Léopard d’or à ce même festival. Entre-temps, il réalise également In another country (2012) mettant en scène Isabelle Huppert.

Une méthode de travail atypique

Hong Sang-Soo est bien connu pour utiliser des méthodes de travail particulièrement étonnantes. Il écrit son scénario directement sur le lieu de tournage le jour J. Les acteurs ne découvrent le scénario et les dialogues que très peu de temps avant le début du tournage, les obligeant à une forte concentration. Hong Sang-Soo ne leur donne que peu d’instructions concernant leur jeu, privilégiant ainsi la spontanéité. Il prend aussi en compte la personnalité de ses acteurs dans l’écriture des dialogues.

Il n’aura échappé à personne que l’alcool est particulièrement présent dans le cinéma de Hong Sang-Soo, donnant lieu à des scènes tantôt gênantes, drôles ou émouvantes (voire les trois en même temps). Le soju demeure un véritable ingrédient propre aux films du Sud-Coréen qui a su se faire connaître et apprécier grâce à un style d’une grande simplicité faisant directement écho à nos propres vies. Un réalisateur sud-coréen grand amateur de soju dont les films (qui se consomment avec ou sans alcool) ne manqueront pas de vous séduire !